Les visages oubliés de Palmyre de Meyar Al-Roumi (VOD)

Il y a deux mille ans, ce fut une cité florissante au milieu d’un désert aujourd’hui syrien. Au carrefour des routes marchandes, Palmyre attirait les caravaniers venus de Mésopotamie, d’Inde ou de Chine. Dans ce qui reste de ses ruines, redécouvertes par les Européens à partir du XVIIe siècle, ses nombreuses nécropoles témoignent d’un passé prospère. Sculptés dans le calcaire aux premiers siècles de notre ère, les visages des représentants – hommes, femmes et enfants – de ses plus grandes familles ornent les murs de ses tombeaux. Depuis 2012, l’archéologue danoise Rubina Raja pilote un projet de longue haleine, entourée par une équipe de jeunes chercheurs : retrouver, documenter et retracer les arbres généalogiques et le quotidien de ces Palmyréniens, dont une multitude de portraits funéraires ont été éparpillés au gré des campagnes archéologiques dans les musées et les collections privées du monde entier. (La Boîte numérique)

Disponible en ce moment sur la Boîte numérique incluse dans votre abonnement.
Comment ça marche ?

Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.