đŸ–ŒïžđŸ–ŒïžđŸŒż À lire : Auguste Garnerey : vues du jardin de JosĂ©phine de Christophe Pincemaille (DOCUMENTAIRE)

Avez-vous déjà visité le chùteau de Malmaison
et ses jardins ?
Les amoureux des belles demeures historiques
se rĂ©galeront en feuilletant ce petit livre prĂ©cieux rĂ©pertoriant l’ensemble des aquarelles,
représentant ces jardins magnifiques,
réalisées par Auguste Garnerey à la demande
de l’impĂ©ratrice JosĂ©phine.
Ces petites merveilles de finesse et d’Ă©lĂ©gance ont Ă©tĂ© peintes entre 1810 et 1823 et furent achetĂ©es en 1824 par la duchesse de Leuchtenberg, la veuve du prince EugĂšne de Beauharnais.
Elles font désormais partie des collections des domaines de Malmaison et de Bois-Préau.
C’est en 1799 que JosĂ©phine achĂšte Malmaison. Elle sollicite alors les cĂ©lĂšbres architectes Charles Percier et Pierre François LĂ©onard Fontaine pour une grande campagne de travaux.
Entre 1800 et 1802 ceux-ci réalisent de trÚs beaux embellissements de la propriété
existante auxquels viendront s’ajouter ceux de leurs successeurs.
Nous pouvons notamment admirer une aquarelle reprĂ©sentant le Temple de l’Amour
bĂąti sous l’Ă©gide de Louis-Martin Berthault en 1807.

Auguste Garnerey, aquarelliste talentueux, est restĂ© dans l’ombre de son frĂšre Ambroise Louis Garnerey, le cĂ©lĂšbre peintre de marine, mais il fut trĂšs apprĂ©ciĂ© en son temps
en tant que portraitiste mondain et dessinateur de costumes de théùtre.
C’est en sa qualitĂ© de professeur de dessin de sa fille Hortense de Beauharnais que JosĂ©phine le remarque et lui confie le projet d’immortaliser sur le papier
les superbes jardins, fabriques et décors de sa propriété.

« Mon jardin, qui est la plus belle chose possible, est plus frĂ©quentĂ© par les Parisiens que mon salon Â» se confiait JosĂ©phine dans une lettre adressĂ©e Ă  son fils EugĂšne en 1813. Supposant, Ă  juste titre, que celui-ci ne lui survivrait pas dans son intĂ©gralitĂ©,
elle permit qu’on en garde la trace grĂące Ă  la commande faite Ă  Auguste Garnerey.

Christophe Pincemaille, spécialiste de Malmaison et de ses jardins, en publiant ce petit recueil aux éditions des Falaises, a permis, lui, que nous jouissions de tant de beauté
et de dĂ©licatesse et que nous rĂȘvions Ă  ces temps enchanteurs oĂč les parcs Ă  l’anglaise
et les constructions raffinées faisaient la joie de la bonne société.

Vous trouverez ce documentaire dans l’Espace Adulte (Rdc)

ThĂšmes similaires
Tags :
#art #documentaire

Coups de cƓur : #Les_coups_de_coeur_de_l_Ă©quipe

A propos Eléonore

Fan de peinture et de littérature du XIXe, mes livres préférés sont Anna Karénine de Tolstoï, La peau de chagrin de Balzac et Les nuits blanches du chat botté de Duchon-Doris.
Cet article, publié dans Documentaires, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.