đŸ–ŒïžđŸ“”đŸ–Œïž À lire : Camille Moreau-NĂ©laton, une femme cĂ©ramiste au temps des impressionnistes sous la direction d’Alexandra Bosc (DOCUMENTAIRE)

Le dernier festival Normandie Impressionniste
a permis de mettre l’accent sur une artiste d’exception : Camille Moreau-NĂ©laton (1840-1897). Cette femme au destin tragique
(elle trouva la mort lors du terrible incendie
du Bazar de la Charité en 1897),
Ă©tait reconnue de ses pairs et rencontra un certain succĂšs de son vivant.
Peintre paysagiste amateur, elle se mit Ă  la cĂ©ramique suite Ă  sa visite de l’exposition universelle de 1867.
LĂ  , elle fut absolument subjuguĂ©e
par le service Rousseau réalisé par Félix Braquement aux influences japonisantes.
Encouragée par son époux Adolphe Moreau, collectionneur et aquarelliste amateur,
elle suivit l’enseignement de ThĂ©odore Deck et se spĂ©cialisa dans la barbotine.
Ces Ɠuvres aux coloris chatoyants reprennent des sujets historiques ou reprĂ©sentent la nature dans un style japonisant.
Son fils Étienne, cĂ©lĂšbre historien d’art et collectionneur des peintres impressionnistes
lui a consacré une monographie parue en 1899 et, depuis, elle est peu à peu
tombĂ©e dans l’oubli…
Cette exposition, qui fort heureusement a pu avoir lieu en ces années troublées
par la crise sanitaire, lui a redonné toute sa dimension.

Si vous n’avez pas eu l’occasion de vous rendre au musĂ©e de la cĂ©ramique de Rouen
pour découvrir cette charmante exposition, vous pourrez vous rattraper
en empruntant le catalogue d’exposition qui a Ă©tĂ© Ă©ditĂ© Ă  l’occasion.
En lisant cet agréable petit livre largement illustré,
vous aurez plaisir à découvrir cette artiste céramiste qui maßtrisait à la perfection
sa technique et réalisait des décors de toute beauté
fortement inspirés du japonisme.

Vous retrouverez cet ouvrage dans l’Espace Adulte (Rdc)

 

ThĂšmes similaires
Tags :
#art #catalogueDexposition #documentaire

Coups de coeur : #Les_coups_de_coeur_de_l_Ă©quipe

A propos Eléonore

Fan de peinture et de littérature du XIXe, mes livres préférés sont Anna Karénine de Tolstoï, La peau de chagrin de Balzac et Les nuits blanches du chat botté de Duchon-Doris.
Cet article, publié dans Divers, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.