🚨 À lire : La femme au manteau bleu de Deon Meyer (ROMAN)

Devant un superbe panorama donnant sur les hauts pics rugueux de la chaîne hollando-hottentote
gît le corps sans vie, entièrement nettoyé à l’eau
de javel d’une étrangère. Qui est cette femme ? Pourquoi l’a-t’on assassinée ?
Que cache une telle mise en scène ?
Serait-ce l’œuvre d’un tueur en série ?
Autant de questions auxquelles Benny Griessel
et Vaughn Cupido, les deux enquêteurs fétiches de Deon Meyer, chargés de cette affaire on ne peut plus énigmatique, tenteront de répondre.

Lors de leurs investigations, ils finissent par découvrir que la victime était une historienne de l’art d’origine américaine, spécialiste de l’âge d’or
de la peinture hollandaise.
Qu’est-ce qui amenait cette femme au Cap ? Que recherchait-elle ?

Les œuvres d’art sont souvent le sujet d’intrigues policières à succès et je suis très réceptive à ce sujet, c’est pourquoi, lorsque j’ai découvert le dernier opus de Deon Meyer
je me suis empressée de l’emprunter !

Connaissez-vous le célèbre Chardonneret de Donna Tartt ?
Best-seller inspiré par l’œuvre emblématique de Carel Fabritius peintre néerlandais,
seul élève de Rembrandt passé à la postérité.
Deon Meyer s’est servi quant à lui d’une œuvre imaginaire qui aurait été peinte
par Carel Fabricius juste avant sa mort tragique lors de l’explosion d’une poudrière de Delft en 1654. Le portrait de La dame au manteau bleu représentant Hendrickje, la maîtresse
de Rembrandt, serait arrivé selon lui miraculeusement au Cap.
Ce sujet passionnant permet à l’auteur de roman policier sud africain d’évoquer le lien
entre l’Afrique du Sud contemporaine et les colons néerlandais du XVIIème siècle.

Un petit roman rapide à lire qui vous donnera envie de découvrir d’autres ouvrages
du grand Deon Meyer !

Vous retrouverez ce livre dans l’Espace Adulte (Rdc)

Thèmes similaires
Tags :
#romanpolicier #art #polar

Coups de cœur : #Les_coups_de_coeur_de_l_équipe

A propos Eléonore

Fan de peinture et de littérature du XIXe, mes livres préférés sont Anna Karénine de Tolstoï, La peau de chagrin de Balzac et Les nuits blanches du chat botté de Duchon-Doris.
Cet article, publié dans Romans, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.